Macadam – Satiropolis (interlude)

De l’eau a coulé sous les ponts depuis ces poésies du Macadam. Le monde ne s’est pas arrêté de tourner depuis mais, en quelque sorte, si. Et un temps j’ai pensé : Macadam ? Vaines poésies issues d’arpentages alphabétiques et impressionnistes qui ne valent pas grand chose face aux effondrements, au déni, à la tragédie, aux débris de vies que l’on s’est pris dans la poire depuis. Puis je me suis repris. La poésie, c’est la vie. Alors, en contrepoint, j’ai entamé un nouveau cycle du macadam, où l’impressionnisme a laissé place à l’émotion, au viscéral, à la colère qui gronde, au cynisme critique et à la politique (sans élections). Ainsi de cet interlude, rythmé mais statique. Ou, pour le dire autrement : hier, un certain Jean-Claude m’a demandé de l’enlever de ma liste de diffusion. Mes clowneries urbaines semblent ne pas le faire rire. Pire ! Il prétend que j’incite les gens à violer le confinement et à se rebeller, à devenir des anarchistes, des rouges, des ultra-gauches, comme le disent aussi Gérard, Martine et Samia. Ok Jean-Claude, pas de problème, je t’enlève de ma liste. Bon, allez, une dernière pour la route, non ? Et après ça, promis, je ne t’embêterais plus.

Texte & musique : Mo Abbas

Merci encore, toujours et pour l’éternité à Mathilde Chèvre et le Port à Jauni, Julien Martinière, Richard Gérard, Raphaële Frier et Zabou Moreau.

Une réflexion sur “Macadam – Satiropolis (interlude)

Un commentaire ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s