Macadam – (5) L’orage

Ville vide, triste, déprimante. Je continue à y circuler pourtant, encore et toujours. Je me hâte lentement et, sans perdre courage, vingt fois sur le bitume je remets mon ouvrage. Je polis le goudron à chaque virage, et sans cesse le repolis, comme en poésie. J’y ajoute une rime quelquefois, et souvent j’en efface. Hélas ! Le confinement rend fou les plus lucides d’entre nous. Je commence à péter les plombs (32 volts, 16 ampères), à perdre les pédales. Parcourir les mêmes endroits, alors que la ville est si grande ! Ou, pour le dire autrement :

Pluie sans orage ! Ô désespoir ! Ô espèce d’espace ! Quelle anémie !
N’ai-je donc tant vécu que pour arpenter cette cité devenue ennemie
Où chaque kilométrage est mesure d’usure et naufrage
Où amis et entourage sont de lointains mirages
Qui depuis longtemps ne traînent plus dans les parages ?

Texte : Mo Abbas
Musique : Mo Abbas, avec la collaboration de Richard Gérard

Merci encore et toujours à Mathilde Chèvre et le Port à Jauni, Julien Martinière, Richard Gérard, Raphaële Frier, Zabou Moreau, Pierre Corneille et Nicolas Boileau (plagiaires par anticipation) et Atlif Laforce (frère de sensa !).

Un commentaire ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s